çağrı merkezi mail marketing
L'AUROCH
Chemin départemental 12
69320 Feyzin
04 78 67 08 08
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

Exceptionnellement, notre mâchon statutaire a lieu un vendredi et pas un samedi comme d’habitude. Nous avons pensé aux restaurateurs qui organisent des mâchons quotidiennement mais ne peuvent pas nous recevoir le samedi. C’est le cas de Pierre Marcotorchino dans son établissement ‘’l’Auroch’’ situé chemin départemental 12 à Feyzin.

 

Les jours changent mais les horaires demeurent ! A partir de 8h, l’arrivée des participants à ce mâchon atypique s’échelonne jusqu’à l’heure de passer à table, c’est-à-dire 9h. Pour nous faire patienter, Pierre nous apporte quelques bouteilles de Viognier (du Gard) et ‘’quelques’’ rondelles de cervelas pistaché, ‘’quelques’’ tranches de pata négra et des ramequins de civet de chevreuil/purée de pomme de terre aux cèpes.

L’heure c’est l’heure, et après le discours de bienvenue de notre secrétaire général,

Pierre nous sert une assiette composée d’un tablier de sapeur, d’un médaillon de boudin basque (au piment d’Espelette) et une fricassée d’andouillette à la graine de moutarde concoctés par Kévin Ronzière… avec un gratin de pommes de terre, parce qu’il faut tout de même manger des légumes ! Le tout, accompagné par un Moulin à vent de bon aloi !

Certains d’entre nous se sont partagé, hors mâchon, des pièces de bœuf (Rubia de Galice et Wagyu) juste pour goûter, comme aurait dit notre cher Georges Reboul qui nous manque tant.

Un peu de fromage(s), pour terminer en beauté : st Marcellin, comté 36 mois d’affinage et pecorino aux truffes.

‘’Encore un moment de grande souffrance’’ aurait soupiré notre ami Marcel Lapierre !

Allez, un petit café (avec de petites tartelettes à la praline), et on s’en va…ou pas. Parce qu’il y a des jours où on n’a pas envie de se quitter.

Alors, hop, un verre en terrasse, une partie de pétanque, pour profiter du soleil…

Au moment de notre départ, plus une place de libre sur les parkings de l’établissement, forcément deux cents personnes qui déjeunent…ça prend de la place !

Texte G.P.
Photos P.L.D.