çağrı merkezi mail marketing
Hôtel restaurant le Mont Brouilly
139 impasse des Quatre Mesures 
6943 Quincié en Beaujolais 
04 74 04 33 73 

 

Aujourd’hui, voyage en pays beaujolais pour notre saint cochon annuelle.

Le départ en car a eu lieu à l’aube (ou peu s’en faut), direction Quincié en Beaujolais, au ‘’Mont Brouilly’’, chez Karine et Frédéric.

Le ban et l’arrière ban de la confrérie étaient présents avec entrain, appétit, soif et quelques amis, dont notre indéfectible Marguin Vachod qui ne rate pas une occasion de se joindre à nous pour notre plus grand plaisir.

Afin de faire paraître moins long le chemin, le président a prévu un petit en-cas léger à déguster dans le car, juste pour nous ouvrir l’appétit sans nous gâcher la faim.

C’est notre ami Gibus qui mérite un grand coup de chapeau pour avoir  préparé le suidé avec tout le talent qu’on lui connaît, aidé par quelques membres de la confrérie, Valério et Michel (Antoine, Pierre-Loïc, Sébastien et Valério en amont pour la confection des saucissons et sabodets).

Le boudin le matin et la mise en plats

Au mois de novembre les saucissons et sabodets

Cette année, le cochon se conjugue en plusieurs modes et plusieurs temps…

 

« Je déguste le boudin, les grattons et la fricassée. Mange le pâté de tête et les paquets de couenne ! Il appréciait le lard, le saucisson et le sabodet. Nous aimâmes le coti et les os ‘’de china’’. Fallait-il que vous adorassiez la terrine et les oreilles pour que vous vous en régalassiez ainsi ! Ils se délecteront de porc en gelée et de la tête de cochon (on ne citera pas de nom pour ne vexer personne !)

Si nous n’avions pas été sages, sans nul doute eussions nous avalé le cochon tout entier !

Un peu de gratin dauphinois, parce qu’il faut bien manger des légumes, un quarteron de fromages sans qui le repas ne serait pas complet et une tarte aux pommes (faites ‘maison’ par Karine) pour apporter un peu de douceur dans ce monde de brutes. Pour accompagner le tout, et avec modération, un soupçon de Beaujolais (blanc et rouge) de Gabriel Jambon, et un peu d’eau du ciel pour arroser cette mémorable Saint-Cochon.

La lumière du jour commençait déjà à décliner quand le signal du départ fut donné. Le retour fut un peu empreint de mélancolie, malgré les pieux cantiques entonnés dans le car pour nous consoler de voir se terminer cette rencontre festive. Dehors, le soleil ne riait pas, mais ce fut une très belle journée !

Un grand bravo et un immense merci à tous ceux qui ont œuvré pour que cette fête soit une totale réussite.

 

Texte G.P.
Photos P.L.D.
Côté Balcon 

5 Place du Griffon 
69760 Limonest 
04 78 83 54 67 


Pour ce premier mâchon statutaire de l’année, la confrérie se délocalise à Limonest ‘’Côté balcon’’ (anciennement ‘’les Terrasses du griffon’’) chez Rachel et Eric Righi.

Dès 8h et jusqu’à l’instant de passer à table, les 26 convives arrivent en ordre dispersé, guidés par leur odorat et le plaisir de retrouver les amis. Les pots de Chardonnay blanc se succèdent avec modération sur le comptoir, accompagnés de grattons et de tranches de jarret froid.


A 9h précises, une fois tout le monde installé autour de la table, Rachel et Eric apportent, outre les pots de Côtes du Rhône, les plats de pot de feu fumants préparés par Blandine Marti qui œuvre en cuisine. Viande et légumes bien sûr, mais aussi les os à moelle à profusion qui embardent les papilles des gourmets.

Suivent les somptueux plateaux de fromages : Brillat-Savarin truffé, tomme grise, st Marcellin, Roquefort, Comté. Pour un tel inventaire, il faudrait un Prévert.

Et pour rajouter une touche de fraîcheur avant les cafés, nos hôtes ont apporté des saladiers de clémentines. Il se pourrait même que quelques poires digestives se soient risquées (avec modération comme il se doit) sur la table.


Comme le souligna notre ami de toujours Marguin Vachod, qui pour être philosophe n’en est pas moins gastronome et poète, ‘’dehors, le soleil riait, ce fut une belle journée !’’

Texte G.P. 
Photos P.L.D. 

Le Progrès 2 février 2019

 

La remise des diplômes « cuvée 2018 » s’est déroulée cette année au Palais du Travail de Villeurbanne, juste derrière la mairie.


Le Président Fayol a rappelé s’il en était besoin ce qu’est le mâchon et ce qu’il représente pour la gastronomie lyonnaise, ainsi que le travail effectué par la confrérie des Francs-Mâchons pour que perdure le mâchon et soient mis à l’honneur les restaurateurs qui le pratiquent dans leur établissement.

 

Il a ainsi présenté les 6 restaurateurs diplômés :

- Aude et Tristan Marchetti, « La Bande à Gnafron », rue des Macchabées Lyon 5ème

- Ghislaine Dubreuil, « Chez Claudette », à Villefranche sur Saône

- Jean-Claude Di Carmine, « Ô Gones de Saône » à Neuville sur Saône

- Pierre Marcotorchino, « l’Auroch » à Feyzin

- Philippe Moy, les « 4G » à Vaise.

- Christine et Bruno Rouanet, « Le Bruxelles » à Villeurbanne.

Une grande diversité de lieux mais une unité de qualité.

La Bande à Gnaffron                                                   Ô Gone de Saône

Les 4G                                                                    Le Bruxelles

 

La cérémonie s’est poursuivie autour d’un buffet convivial préparé par nos diplômés et accompagné avec modération comme il se doit par de nombreux crus de beaujolais offerts par l’Inter Beaujolais et le Brouilly de Gabriel Jambon.


La confrérie tient à tous les remercier, et les féliciter pour la qualité de leurs préparations.

Pour le salé :  La Crique (jambon cru), Le Vas-y Vas-y (terrines), L’Echalote (saumons),Terrasse et Marmites (pâté en croûte), Une Histoire de Goût (plateaux de charcuterie), Le Magenta (rosette), La Bonne Fourchette (terrines) Au Petit Bouchon « Chez Georges » (gâteau d’ andouillette), Le Musée (saucisson brioché), Chez Les Gones (saumons), Le Loup Pendu (plateaux de charcuterie), Café de la Gare-Frères Barbet (jambon rôti), Ô Gônes de Saône (terrines).

Pour les fromages : fromagerie Charron, à Villeurbanne.

Pour le sucré : Le Morgon (tartelettes), Le Jura (gâteau), Le Lafayette (tartelettes)….

Pour liquide : Le Comptoir du 3ème (quelques bouteilles supplémentaires)

Quelques exemples



Le Progrès 3 février 2019

Cercle Marcel Brunot
110 rue du 4 Août 
69100 Villeurbanne 
04 78 84 30 10 

Journée importante pour la confrérie puisque c’était le jour de sa 56ème Assemblée Générale.

Dès 8h, rendez-vous au cercle Marcel Brunot à Villeurbanne pour la traditionnelle dégustation d’huîtres (foie gras et saumon fumé pour ceux qui n’apprécient pas les mollusques bivalves gentiment ouverts par notre hôte Fabrice CHABANON, ex G’nas Bar), accompagnée, avec modération, de vin blanc.

A 9h très précises, le Président Fayol ouvrait l’Assemblée.

Jean-Paul Masson fut proposé et accepté comme membre honoraire. Le secrétaire général présenta son rapport moral, le trésorier son rapport financier et tous les deux furent adoptés (les rapports, pas le secrétaire et le trésorier !).

Au vu des notes obtenues par chacun d’entre eux, tous les restaurants visités en 2018 et proposés au diplôme furent confirmés.


Une petite minute d’émotion : nos deux amis, Eric Saïdani et Sébastien Roy, furent adoubés par le Président et reçurent des mains de leurs parrains tabliers et insignes, faisant d’eux des Francs-Mâchons à part entière.

Quelques points importants furent ensuite abordés, notamment la nécessité de transformer le site internet de la confrérie. Une commission s’attellera à ce projet et donnera ses conclusions d’ici 6 mois.

L’Assemblée Générale se termina par la traditionnelle photographie.

La Mutinerie

123 rue Bugeaud

69006 Lyon

04 72 74 91 51

Il était l’heure de rejoindre le restaurant « La Mutinerie » où Nicolas Seibold et Thomas Brignard nous accueillent pour notre repas de gala.


Menu

Oeuf parfait maïs et lard

Tartare de biche, gel au vin chaud et voile de comté

Pied de cochon, maki de poireaux et sauce ravigote

Homard à l'orange

Paleron de veau confit et cervelle de veau, purée de pomme de terre

Camembert rôti, poire pochées, noix et sorbet poire

Crème brulée chocolat, glace vanille et choux

Madeleines

 

Vins :

Beaujolais blanc Château Thivin Claude Geoffray

Moulin à vent Le Nid Famille Lardet

Grrignan Les Adhemar Les Grands Plans Domaine du Serre des Vignes

 

 

Texte C.P. 
Photos P.L.D. 
Le Bruxelles
21 rue de Bruxelles
69100 Villeurbanne
04 78 89 85 68 

 

Samedi 15 décembre, c’était notre dernier mâchon statutaire de 2018. Pour celui-ci, pas d’invités, car, comme chaque année à cette époque, nous nous retrouvons entre nous et décidons ‘’du sort’’ de nos stagiaires.

C’est au restaurant  « Le Bruxelles », à Villeurbanne, que, dès 8 heures, et même avant pour les premiers, le patron de l’établissement, Bruno ROUANET nous recevait avec Christine son épouse, pendant que le chef, Yvan CHEVALLIER œuvrait aux fourneaux.

Le décrassage vineux au Chardonnay se poursuivait au rythme des arrivées, accompagné de tranches de saucisson, de terrine de foies de volaille, de feuilletés à l’andouillette et de pruneaux au lard et cognac… Un vrai régal !

9heures : nous passions à table, laissant nos deux stagiaires ‘’au frais’’ à l’extérieur, le temps du vote. Bonne nouvelle, Sébastien ROY et Eric SAIDANI étaient acceptés comme membres (que nous espérons actifs) de la confrérie.

Il était temps de fêter ça avec un bon mâchon. Au menu : gratin de tripes (gras double gratiné) et gratin dauphinois, irréprochables ! Un bon Crozes Hermitage de chez Nicolas St Jemms accompagnait agréablement les plats et les belles assiettes de fromages proposées. Cet excellent mâchon se terminait par un café pris sur le zinc, quelques digestifs étaient sirotés avec nos amis Modération et Marguin Vachod.

Bienvenue à nos deux « petits nouveaux », merci à Bruno et Christine pour leur accueil et leur générosité, et bravo pour leurs 29 ans de présence ! Enfin bravo également à Yvan pour ses talents culinaires.

Texte C.P.
Photos P.L.D.
Les 4G
27 rue Gorges de Loup
69009 Lyon
04 37 46 56 42
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.  

 

Notre mâchon statutaire se déroule aujourd’hui à Vaise, au 27 rue Gorge de loup. Nous connaissions bien l’établissement alors qu’il s’appelait ‘’Le Cap’’ et était tenu par Bernard Sour. Il fut diplômé en son temps.

 

Aujourd’hui il se nomme les 4G et ce sont Philippe Moy et Guillaume Wohlbang qui nous accueillent dans leur restaurant avec Magali en cuisine et Sophie au service.

Générosité, Gentillesse, Gouleyant, Gourmand, l’établissement mérite bien son nom (même si officiellement, ce serait plutôt ‘’Gnôlus, Grands Gognands et autres Gones’’).

Après l’excellent mâcon blanc dégusté (toujours avec modération) au comptoir, il est grand temps de passer à table.

 

 

Au menu ce jour, un goulasch de sanglier. Hongrois que ce que l’on boit ! (En l’occurrence, que ce que l’on mange). Plat atypique, mais bien sympathique en cette fraîche matinée.

Pour revenir vers la tradition, voici arriver le trio gagnant : le Saint-Marcellin sur sa feuille de salade (‘’le coulant en robe de laitue’’ comme dirait notre ami Marguin Vachod), le fromage blanc et la cervelle de canuts.

Calendrier oblige, le repas est accompagné comme il se doit de Beaujolais nouveau.

 

Nous partageons le verre de l’amitié avant de quitter ce sympathique restaurant du quartier de Vaise que nous retrouvions avec plaisir.

 

Certains ne voulant pas rompre la magie de ce moment, partirent en métro puis à pied dans le quartier Saint Paul, pour retrouver Eric au restaurant Le Bon le Boeuf et le Truand.

Sur place ils ont dégusté de façon verticale le beaujolais nouveaux du Domaine Vallette, puis "juste pour goûter", ils ont choisi un plat et un dessert sur la carte.

C'est comme cela que se finit cette journée maussade question météo mais très agréable au niveau de la convivialité.

Texte G.P.
Photos P.L.D.
Plus d'articles...